Suite à la question suivante :
Je viens de recevoir une livraison de bois de chauffage mais il me semble qu'il est humide, que puis-je faire ?
 
Voici les réponses apportées par les membres du discord :
 

@M :
Bon tu le sais sans doute, il est primordial d'avoir un bois bien sec pour avoir une bonne combustion ; sans ça galère à allumer ton feu, pollution max, et efficacité à chier, donc tu vas devoir brûler 2 fois + de bois pour le même résultat en terme de chauffage (et les inconvénients ci-dessus en prime) donc n'hésite pas si tu peux éviter de le bruler maintenant pour le garder dans 1 an ou 2 suivant le temps qu'il a déjà passé à sécher (ce qui suppose d'avoir assez de sous pour en racheter du bien sec à brûler maintenant, et un espace suffisant pour stocker celui que tu as déjà en attendant qu'il soit "bon à brûler").
Si ce n'est pas possible, dans l'idéal essaye quand même de récupérer une quantité moindre de bois bien sec (1 stère ?), pour au moins lancer facilement et efficacement la combustion avec, avant de balancer ton bois plus humide pour la suite + optimise le séchage de ton bois humide :
- en plaçant les prochaines buches à bruler à proximité immédiate de ton poêle (idéalement dessus) pour forcer le séchage (intéressant aussi avec du bois même déjà sec, ça le sèche encore un peu mieux et surtout ça te fait une petite masse qui accumule de la chaleur et qui rayonne dans la pièce) - en ayant un stock de bois de quelques jours juste à côté du poêle pour avoir la même chose en un peu moins efficace
- en fendant le plus possible ton stock de bois (pour qu'il ait le plus de surface à l'air et sèche plus vite) et en le stockant de la façon la plus ventilée possible (avec des espaces dessous
- sur une palette par exemple, devant, derrière, entre les buches en les croisant... pour le bois que tu vas bruler dans quelques semaines le mieux est de le stocker dehors avec une bâche ou un toit au-dessus pour le protéger des précipitations directes dans un endroit bien exposé au vent
- c'est comme pour le linge c'est plus le vent que la chaleur qui va le sécher - si tu te sers d'une bâche donc, attention à ce qu'elle n'empêche pas cette circulation de l'air !)
Il y a aussi la technique de l'allumage inversé, super efficace et intéressante quel que soit le taux d'humidité de ton bois : plutôt que de mettre du petit bois puis moyen puis gros au-dessus, à l'ancienne, tu inverses tout : un 1er étage de grosses buches, au-dessus du moyen, puis du petit qui va démarrer facilement le feu, chauffer l'air et amorcer le tirage, puis enflammer progressivement les tas en dessous (là aussi c'est primordial que tes buches soient "bien placées" = suffisamment proches pour "rayonner" les unes sur les autres tout en laissant un passage d'air indispensable à la combustion). Du coup dans ton cas si t'as vraiment pas le choix l'étage du dessous peut-être avec ton bois humide, qui va finir de perdre au mieux de son humidité le temps que le feu prenne aux étages supérieurs...
 
Suivant ton plan bois tu peux éventuellement essayer de rappeler ton fournisseur, pour essayer de négocier avec lui qu'il te reprenne le tout (archi peu probable, mais pourquoi pas à tester au moins pour rendre les 2 autres pistes ci-après plus "acceptables" à ses yeux) / qu'il te fournisse un stère gratos mais bien sec pour au moins pouvoir faire la technique ci-dessus / qu'il te fasse une ristourne sur ce qu'il t'a vendu, histoire de te laisser de quoi te repayer un stère vraiment sec avec quelqu'un d'autre... D'expérience c'est pas gagné, mais on sait jamais et ça vaut au moins le coup d'essayer, en fonction du vendeur ça peut fonctionner (une entreprise ayant pignon sur rue sera probablement plus sensible à ne pas se faire pourrir son "image" qu'un particulier qui te l'a vendu au black)
 
Un dernier conseil, investir dans un petit testeur d'humidité pour bois et accepter la livraison avant déchargement après l'avoir contrôlée (encore mieux, prévenir que tu procéderas comme ça avant la livraison, ça le dissuadera un peu de ramener du bois pas sec) : le testeur vaut une vingtaine de roros de mémoire (allez, 30 max), et s'il faut pas s'attendre à une précision au % près on s'en fout, le but est d'avoir un ordre de grandeur avec un bois idéalement à 10-15% d'humidité, dans tous les cas inférieur à 20% (j'avais acheté un testeur dans une situation similaire à la tienne - après coup donc - et le vendeur n'a jamais rien voulu savoir en prétextant que ça ne valait rien comme appareil, qu'un vrai testeur c'était 400e, etc. - même quand je lui ai prouvé qu'il y avait une cohérence dans les mesures, entre du bois vert, du bois pas sec à lui, d'autres bois de chauffage plus sec, du bois ultra sec (charpente, meuble...) - mais bon c'est comme les platistes et autres obtus, y en a qui nieraient l'évidence même... bref, depuis le testeur m'a été plutôt utile, quand utilisé en amont de la livraison) Ça doit dépendre des coins j'imagine, mais par ici c'est pas évident de trouver un vendeur de bois local et bien sec, et pas qu'à la 1ère livraison (2 fois j'en ai eu qui m'ont fait le coup, 1ère petite livraison de test, nickel, et 2ème livraison plus importante où t'y vas en confiance, bois humide imbrulable sur le moment :/)
-----------
@A : 
Mais quand tu mets tes bûches @M sur ton poêle, une grande partie de la chaleur est utilisée pour sécher (élévation de la température + enthalpie de vaporisation).Donc tu mets plus de bûches dans ton poêle
------
@M :
C'est vrai @A mais là on parle de cas "extrême" où ton bois est tellement humide qu'il ne brûle quasiment pas, donc le plus important à mon humble avis est d'abord d'améliorer la combustion le plus possible
------
@A :
C'est vrai.Je me questionne sur la différence de rendement
-----
@M :
D'autant qu'à mon sens l'énergie en question n'est pas réellement "perdue" : la part vaporisation sert à sécher ton bois donc à avoir une meilleure combustion, et la part élévation de la température permet aussi d'accumuler de la chaleur et de la restituer progressivement par rayonnement, donc de lisser ta courbe de chaleur dans la pièce (principe du poêle de masse quoi) effectivement je n'avais pas forcément précisé, pour que cette 2ème partie fonctionne il ne faut pas mettre tout de suite ces bûches à brûler, il faut organiser un roulement avec un tas "séché" qui refroidit pendant que d'autres les remplacent sur le poêle. Une fois que tes bûches ont restitué la chaleur accumulée, là tu peux les mettre au feu.
Clairement c'est galère mais on est en mode dégradé à cause du bois naze le top c'est de racheter 6 stères pour maintenant et de garder ceux là pour quand ils seront bons, mais faut la place et les thunes right now, ça y a que @C qui peut dire si ça le fait.Sinon moi aussi je serais curieux pour la comparaison de rendement
-----
@A :
Justement non l'enthalpie de vaporisation est perdue, à moins de condenser la vapeur d'eau
Grosso modo ce qui fait qu'une bûche humide chauffe mal, c'est que le feu perd énormément d'énergie à évaporer l'eau, puis elle brûle
Quand tu mets une bûche à sécher sur ton poêle, ta bûche humide va utiliser énormément de l'énergie de la bûche dans le poêle pour évaporer l'eau
L'enthalpie de vaporisation fait que pour faire grimper l'air d'une pièce à une température donnée il va falloir brûler plus de bûches sèches si tu mets une bûche humide sur ton poêle que si tu mets une bûche sèche
-----
@C :
Merci pour toutes ces explications @M, j'en étais rendue à quelques solutions déjà mais avoir une vue d'ensemble m'aide beaucoup.
La première livraison en octobre était super, bois hyper sec donc je ne me suis pas méfiée. J'ai un testeur, j'aurais du le sortir de suite. Je vais rappeler le vendeur et essayer de trouver un arrangement avec lui.
Merci @A également,le plus difficile finalement, c'est d'obtenir suffisamment de braises, ensuite ça va mieux.
-----
@A :
En théorie à quantité d'eau constante dans ta bûche, il faut la même énergie pour faire évaporer l'eau, quelle soit dans le poêle ou sur le poêle. Si elle est dans le poêle, tu va prélever directement cette énergie sur la combustion de la bûche elle-même. Si elle est dessus, tu vas prélever cette énergie sur la bûche qui est dans le poêle. Mais il y a d'autres facteurs, car comme la température de combustion va être moins élevée dans le cas de la bûche humide dans le poêle, alors la combustion va être moins complète, donc tu vas laisser échapper des combustibles. Donc dans l'ensemble je pense aussi que la combustion sèche + sechage sur le poêle est plus efficace
----
@C :
Bon, le livreur m'assure que c'est le même bois que celui qu'il m'a livré à l'automne, mais qu'il a repris l'humidité dehors depuis, étant donné le temps de merde que nous avons depuis des semaines. Il n'a pas de bois plus sec à me donner. Il conseille d'en mettre à côté du poêle et selon lui en 2 ou 3 jours il sera sec commme celui de la première livraison. Il est plutôt réputé dans le coin, donc je pense qu'il ne me ment pas, c'est déjà un soulagement de savoir qu'il ne m'a pas vendu du bois vert.
----
@M :
100% OK avec @A. Tant mieux @C si c'est le cas, tu vas vite t'en rendre compte de toute façon ! Par curiosité vu que tu as déjà un testeur, il te donne quoi en taux d'humidité (à l'extérieur d'une bûche et à coeur à l'intérieur de la même buche, après l'avoir fendue) ? Comme ça tu sauras direct.
-----
@C :
Je ne peux pas fendre de bûche @M (pas de merlin là, et une épaule en vrac) mais extérieur d'une grosse bûche : 20 à 22 % et une bûche plus petite 18 à 20%. Il y a quelques buches aux alentours de 15%. Il faut savoir que mon livreur fend à la commande, et sur mesure. Donc il doit avoir des gros rondins de plusieurs mètres je suppose et certains doivent être plus à l'abri que d'autres.
------